Historique depuis 1280

La longue et dense histoire de ce lieu commence en 1283 avec l'installation d'un monastère de sœurs dominicaines. Leur maison est nommée « couvent de Prouilhan », en référence au célèbre monastère de Prouilhe (Fanjeaux), fondé par saint Dominique, d'où viennent les religieuses.

Le couvent connaît une période de prospérité jusqu'au XVIe siècle. Puis c'est une période plus trouble, en raison des guerres de religion, faite de destructions par les soldats huguenots et de reconstructions partielles. Ensuite, en 1790, la Révolution française marque une nouvelle rupture importante : d'un lieu religieux, les bâtiments se transforment en caserne militaire (« quatre cents hommes et autant de chevaux »). La propriété est ensuite revendue en plusieurs lots, servant largement de carrière : les pierres du bâti sont volontiers vendues aux personnes en ayant besoin.

L'histoire revêtant souvent un caractère cyclique, le lieu redevient un monastère en 1892 avec des sœurs, mais cette fois-ci issues de la congrégation des Carmélites, après la défection d'éventuelles trappistines. Les murs sont relevés, le terrain mis à profit : c'est une résurrection pour le site. En 2007, l'âge moyen des religieuses avançant et leur nombre devenant insuffisant, le carmel doit fermer ses portes.